SOUS-BOIS

Publié le par Bruno

La ville écrase la forêt pour y installer son décor sans songer au bruit que ferait le chant de tous les oiseaux morts.
Francis Blanche

 

DSC04525 [1600x1200]

Publié dans PAYSAGES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Snow 22/12/2010 07:17



Comme tout le système de vie sociale pousse les gens à s'exiler en ville maintenant que tout l'argent y est concentré, c'est le triste constant pour la Nature qui en subit les conséquences aussi.
Merci Bruno de cette belle photo de vert. À bientôt



Bruno 22/12/2010 13:18



on est tous prisonnier du système l'argent commande tout pour vivre c'est la vie actuelle. La nature pour ce qui en reste est là pour nous ressourcer. Amitiés, Bruno



lanourse 20/12/2010 09:37



Gardons  le  chant  des  petits  oiseaux !Quelle  belle  couleur  verte  !!!



Bruno 20/12/2010 12:00



Merci Lanourse, le vert tellement une belle couleur et le chant des oiseaux quel douce mélodie


Bisous, Bruno



Sand73 18/12/2010 10:23



hélas oui, entre les ville qui empiètent de plus  en plus et les éléments qui se déchaînent trop souvent en détruisant nos forêts....il y en a de moins en moins....


bonne journée



Bruno 18/12/2010 20:43



Merci pour ton passage et le commentaire, la vie moderne détruis la nature de plue en plus


Amitiés, Bruno



dalma-dog 18/12/2010 09:06



Salut mon ami bruno, il neige ce matin ici !!!Ma
nuit de garde c’est bien passé !!!Je te souhaite un bon week-end, bise a+



Bruno 18/12/2010 19:00



Bonsoir Mon amie Adamante aprés la neige d'hier grand soleil mais froid


Je souhaite une Bon WE bisous, Bruno



L'Angevine 18/12/2010 08:33



pas mal d'arbres ont été coupés en Anjou,et je ne suis pas contente car ça gâche de plus en plus la nature!!!!quand je vois qu'au parc de l'étang saint-nicolas qu'ils ont coupé un nbr d'arbres et
qui n'étaient pas mort,eh bien j'aurais poussé ma gueulante!!!!


passe d'agréables moments et bisous



Bruno 18/12/2010 16:42



L'intéret et le profit passe avant la nature, que veux tu


Bisous, Bruno